Les labels nationaux: Page 6 sur 25

Restaurants b​io

C’est une démarche plutôt récente qui a vu le jour il y a quelque année avec l’avènement de l’agriculture biologique. Ce type de restauration est encore peu développé surtout en Province, car cela coûte plus cher. En effet, à l’achat les produits frais sont plus chers que les produits surgelés. Aussi, le fait de cuisiner des produits bruts exige des compétences professionnelles et donc des cuisiniers professionnels.
Il est nécessaire de comprendre que ces restaurants sont indépendants et peuvent avoir des degrés d’engagement dans le durable différents ; il n’y a aucun accord autour d’un label ou d’une charte. On retrouve souvent le logo « AB » dans les restaurants utilisant des produits issus de l’agriculture biologique.

Originalité de la démarche

Cette démarche est beaucoup moins originale aujourd’hui. Car les produits bio sont devenus accessible à tous (y compris en grande surface). L’aspect du développement durable est surtout porté sur le fait d’utiliser des produits bio, sans pesticides, respectueuses du cycle du renouvellement de la terre. C’est aussi privilégier les producteurs locaux pour l’économie locale et aussi limiter les émissions de CO2 avec des transports très longs et plus couteux.
Les engagements des établissements engagés dans la démarche
Comme ce n’est pas un label ; il n’y a aucun encadrement ni réglementation. Aussi, les restaurateurs peuvent tricher voir mentir quand ils mentionnent qu’ils utilisent des produits bio. En effet, rares sont ceux qui utilisent 100% de produits issus de l’agriculture biologique ou raisonnés.
Ces restaurateurs ne s’engagent réellement à rien, on peut plus parler d’engagement moral.

Des exemples d’engagements :

  • L’engagement principal est celui d’utiliser des produits issus de l’agriculture bio ou raisonnés
  • Sensibiliser le public à cette démarche
  • Utiliser des emballages recyclables
  • Proposer des repas équilibrés, une alternative à la « mal bouffe »